AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Charity Crazy Miller

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Charity Miller

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 03/02/2010
Age : 31

Feuille de personnage
Âge du personnage : 31 ans
Profession: Caverne d'Ali Baba
Ouvert au RP: Non

MessageSujet: Charity Crazy Miller   Mer 3 Fév - 22:11

~ I.D. ~


Nom : Miller

Prénom : Charity

Surnom : Hook

Âge : 31 ans

Lieu de naissance : Lincoln, Nebraska

Orientation sexuelle : Papillon

Métier : Caverne d'Ali Baba

Groupe : Dark White



~ INSIDE ~


Caractère :

Charity est un poème de Paul Eluard. Une fable sans queue ni tête, à la fois folle et douce, triste et lumineuse.

La terre est bleue comme une orange
Jamais une erreur les mots ne mentent pas
Ils ne vous donnent plus à chanter
Au tour des baisers de s'entendre
Les fous et les amours
Elle sa bouche d'alliance
Tous les secrets tous les sourires
Et quels vêtements d'indulgence
À la croire toute nue.

Les guêpes fleurissent vert
L'aube se passe autour du cou
Un collier de fenêtres
Des ailes couvrent les feuilles
Tu as toutes les joies solaires
Tout le soleil sur la terre
Sur les chemins de ta beauté.




Charity aime les gens. Tous les gens, tout le temps. Altruiste, enjouée, elle est un sourire, une euphorie légère. Très expressive, elle parle beaucoup, avec de grands gestes des mains et son visage exagère des sentiments exagérés.
Charity est triste. Elle porte la misère du monde et la sienne, elle croule sous le poids d'une amertume qui n'en finit plus, le goût d'une vie acide aux couleurs corbeau. Elle est une larme, une solitude, parfois.
Charity est un paradoxe. Charity est changeante. Charity est maniaco-dépressive.


    Le maniaco-dépressif présente des épisodes de dépression alternant avec des épisodes d’euphorie exagérée.
    Les épisodes dépressifs sont marqués par des symptômes que l’on retrouve dans les autres formes de dépression : tristesse extrême et permanente, perte d’intérêt pour toutes choses, irritabilité, troubles du sommeil, manque d’énergie, troubles de la mémoire ou de la concentration, troubles de l’appétit, pensées de mort et de suicide…
    Les épisodes maniaques sont marqués par une humeur euphorique, une énergie permanente et démesurée, une activité débordante voire une grande agitation, une surestimation de ses capacités, un sommeil réduit à quelques heures sans entraîner de fatigue, un accroissement de l’appétit sexuel, un jugement erroné sur la réalité, consistant à méconnaître les difficultés et les problèmes, et notamment à ne pas s’apercevoir du caractère anormal de son propre état.


Charity aime ce qui brille. Tout ce qui brille, tout le temps. Elle a l'œil rapide, la main agile, et la poche profonde. Elle aime collectionner, accumuler et surtout revendre. Charity est une caverne d'Ali Baba où tout objet a son intérêt, son histoire et son infinie beauté.
Charity est une voleuse. Charity est kleptomane.



Principale qualité : Véritable gentillesse


Principal défaut : Trop. La main trop leste, l'esprit trop léger, le caractère trop contrasté.



~ OUTSIDE ~



Description physique :

Si Charity s'était elle même dessinée, sans doute ressemblerait-elle à un oiseau. Un petit oiseau rapide et coloré, au bec court et à l'œil vif. L'oiseau sifflerait souvent, s'enivrant des sons mélodieux de sa gorge pourpre. L'oiseau serait tout le temps en éveil, mais il n'aurait pas d'ombre, car le soleil lui même ne le verrait pas. Il n'aurait pas de couleur pour les autres, seulement pour lui même. Il ne serait qu'une musique, matériel et pourtant impalpable. Une vague impression de bien être, une poésie entendue puis oubliée.
Mais Charity n'est pas un oiseau. Alors elle essaye parfois de l'imiter. De carrure moyenne et aux formes bien faites, elle passe pour petite et frêle. Les lèvres épaisses, généreuses, souvent peintes de rouge foncé sans être vulgaire. Elle aime ses cheveux élastiques, modelés et coloriés à volonté bariolée. Charity est un paradoxe ; Elle aime ce qui brille, elle aime ce qui ne se voit pas. Douloureuse contradiction. Alors elle tâche d'être belle sans l'être, d'être vêtue de multiples couleurs invisibles, et de paraître sans être.



Ce qu'elle traîne toujours sur elle : Quelque chose qui ne lui appartient pas.



~ STORY ~




Chapitre I
L'admirable légèreté de Monsieur Tinkletown


Au commencement, je me souviens de la lumière. La lumière partout, jaune, chaude, omniprésente. Au matin, le soleil se levait sur les champs de blé qui s'étendaient à perte de vue, et où j'aimais m'étendre pour contempler la voute céleste d'un azur dévorant. A cet instant, il n'y avait plus rien, je plongeais dans le ciel. Pas un bruit. A peine le léger murmure du souffle du vent venant caresser les épis dorés. J'étais seule, minuscule, allongée sur le ventre de ma mère gigantesque et il me semblait la sentir respirer. J'étais son enfant unique, et l'univers entier avait choisit mon sourire pour centre exclusif. Perdue, si ridiculement petite face à lui... Perdue, si heureuse de l'être.
Le soir, la lumière était orange, elle venait de derrière les montagnes de l'ouest. L'air était alors plus frais, et c'était le moment où nous nous dirigions vers la chaleur du foyer de la cheminée.
« Nous », c'était moi, Grand Mère, et Monsieur Tinkletown. Il n'y avait que nous trois, et ensemble, nous savions que le bonheur existait.

Monsieur Tinkletown était mon ami. Nous passions ensemble des heures entières à discuter. Monsieur Tinkletown était très distingué, il parlait comme dans un livre. De sa voix grave et rassurante, il réussissait à nommer avec lenteur et patience les mystères que les poètes se contentent d'effleurer de leurs mots.
« Dis moi Charity, as-tu déjà remarqué comme au soir le reflet du couchant dans la blondeur des blés les fait paraître semblables à un vaste océan incandescent ? Crois-tu qu'il puisse au monde se trouver plus exacte définition de la Beauté ? ...La magie est partout, petite fille. Elle est là, dans la flamme tremblante de cette bougie ; dans l'aile ciselée de ce papillon de nuit ; dans l'air que tu respires, dans le murmure de la nuit. Je la vois, là aussi, dans tes yeux ; et quand tu dors, elle te veille. La magie sera toujours à tes cotés, Charity. Et je peux t'expliquer pourquoi... »

Lorsque j'étais fatiguée, je montais me coucher, par la petite échelle de bois vermoulue par les ans. Sous le toit, je me roulais dans les couvertures et me laissais bercer par le son régulier et mélodieux de la voix de Grand Mère qui avait prit l'habitude de narrer chaque soir les douceurs du passé à Monsieur Tinkletown. Elle lui racontait les fées des Rocheuses, les danses des moissons, et le visage de la Lune. Elle lui racontait la musique du fond des âges et la magie des indiens, le temps qui coule dans les cascades, là bas, à l'ouest, et les grandes cérémonies des libellules. Grand Mère avait vu tout cela... Et je m'endormais dans sa voix, sous les étoiles de mon ciel intérieur.
Quand je me réveillais au point du petit jour, je trouvais Grand Mère assise dans son grand fauteuil d'osier sur la terrasse, le regard perdu vers l'horizon avec son petit sourire rêveur, ce petit sourire en coin de celui qui sait que le monde est simple. Dans ce sourire, il y avait tout : L'éternité, les anges, et la Genèse.

Chère Grand Mère... Tu m'as tellement manqué...
Toi aussi Monsieur Tinkletown. Quand Ils sont arrivés, tu n'as plus rien dit. Tu savais que c'était terminé, que tout était terminé. Notre monde prenait fin, et tu étais si calme... Tu m'as dit que désormais, tu te tairais pour toujours, qu'Ils étaient trop sales pour entendre tes mots. « Ne pleure pas » m'as-tu dit. Et ce fut finit.




Chapitre II
Le dossier AG-00324-MILLER




  • Rapport des Services Sociaux de Topeka, Kansas. 26 Septembre 1988


    Famille : Miller

    Résidence : Adams Corner, Hutchinson road, Kansas 1550

    Membres :

    - Miller Amelia. Sexe : F. Âge : 76 ans. Née à Denver, Colorado, le 17 Février 1912. Race : Blanche, caucasienne.
    Déclarée inapte. Alzheimer, stade avancé.

    - Miller Charity. Sexe : F. Âge : 9 ans. Née à Lincoln, Nebraska, le 3 Mars 1979. Race : Blanche, caucasienne.
    Complète perte de repères.

    Situation de la famille[conditions de vie, historique récente] :
    Ancienne bâtisse en bois, confort minimal, désordre, hygiène inexistante. Subsistance assurée par la pension de veuve de Miller Amelia, et l'aide régulière de Hudson William, voisin de la famille.
    L'enfant a été placée chez sa grand mère à la suite du décès de ses parents en 1986. Livrée à elle même depuis plusieurs mois, absentéisme scolaire prolongé, atteinte de troubles de la communication et du comportement. Demande analyse du pédopsychiatre.
    Note : Charity refuse de se séparer de la dépouille d'un chat empaillé. Nous préférons le lui laisser pour le moment.

    Effectué par l'agent Francis Gordon.




  • Extraits audio de l'entretient entre Charity Miller et Veronica G. Hobbes, pédopsychiatre. 18 Octobre 1988


[…]

Pourquoi tiens-tu à garder ceci avec toi, Charity ?

Non madame, je ne veux plus. Tu peux le prendre si tu veux. De toutes façons il ne parle plus.

Il te parlait ? … Que te disait-il ?

Ça ne te regarde pas.

… Charity, tu sais qu'il s'agit d'un chat ? Et que ce chat n'est plus en vie ?

Bien sûr que je sais que Monsieur Tinkletown est un chat. Je ne suis ni folle, ni stupide. Les chats sont les animaux les plus libres du monde... Mais tu te trompes, il n'est pas mort : Il a juste arrêté de parler quand Ils sont arrivés. C'est tout.

[…]

Te souviens-tu de l'époque où tu vivais avec tes parents, Charity ?

Non.

Tu es bien sûre ?... Regarde, voici une photo de vous trois...

Non madame, je ne m'en souviens pas.

Pourtant tu avais sept ans quand vous avez eu cet accident et tu devrais...

Il n'y a pas eu d'accident. Je le sais, j'y étais. La voiture est entrée dans un tunnel jaune en coton, et elle s'est arrêtée. Moi, je me suis envolée, et je me suis endormie. J'ai vu Lily sortir d'un nuage, et elle a prit la main de mes parents, et elle les a emmené dans le nuage, tout doucement.

… Dis-moi, qui est Lily ?

[silence prolongé]

Je ne connais aucune Lily, madame.

[…]


  • Clôture du dossier AG-00324-MILLER. 7 Mai 1997


    Établissement : Foyer pour enfants, Mecrecy Road, Topeka, Kansas.

    Cause de clôture : Placement en apprentissage. Majorité atteinte.

    Informations: Apprentissage : Établissement Pringstone Enterprise, Secrétariat. Rémission partielle des troubles présentés enfant. Nécessaire suivi psychologique.




Chapitre III
L'agrafeuse, la route et la vie déclinées à toutes les personnes


Pringstone Enterprise était un haut bâtiment défraichi, sur la route 52, à la sortie Nord de Topeka. J'y suis arrivée un jour de printemps sans fleurs.
J'ai passé le seuil d'une porte de verre terne, et le paillasson me souhaita la bienvenue d'un ton aussi peu convaincant que celui d'un commercial sous Prosac. Une petite femme brune et trop maigre aux yeux cernés s'occupa de ce qu'il devait convenir d'appeler mon cas. Elle m'a guidée dans les couloirs gris, dans les ascenseurs gris, où j'ai rencontré des gens gris buvant du café gris. Puis elle m'a menée à un bureau gris, où trônait un ordinateur gris, et elle m'a dit des mots gris :

« Votre formation est à la fois simple et complexe. Elle se déroulera en quatre étapes de deux semaines au cours desquelles vous apprendrez à utiliser les logiciels ayant cours dans l'entreprise. Je vous initierais à l'archivage informatique, au classement des comptes divers, à la pagination des bilan annuels, semestriels et trimestriels, à l'élaboration de schémas à plusieurs données, au... »

Mais tu ne l'écoutes plus. Tu regardes d'un œil torve la surface moite et poussiéreuse du bureau impersonnel, et tu comptes les objets. Il y a un pot à crayons à coté de l'écran ; un dossier orange dans l'angle supérieur gauche ; un gobelet de café vide renversé sur le point de tomber ; un stylo bic sans bouchon ; et surtout, surtout, il y a une agrafeuse. C'est un belle agrafeuse, couleur bleu nuit, large, aux lignes pures et bien dessinées. Cette agrafeuse te plaît, tu aimes tant l'objet que sa fonction : Attacher, rattacher, lier, relier, réconcilier, assembler, rassembler... Tu te dis que quelque part, l'agrafeuse est un puissant symbole de la force d'Amour et que trop peu de gens en ont conscience.

« … n'utilisons pas ce genre de logiciel dans l'entreprise. Avez-vous quelques notions de traitement de texte ? Ou d'Excel ? »

Tu la regardes, tu lui souris. Pauvre femme, elle te semble si loin de ce qu'il se passe ici et maintenant. Pourtant, c'est tout ce qui compte, et tout ce qui vaut d'être vécu... Tu as envie de le lui dire mais elle te devance.

« Bon... Restez-là, je reviens. »

Charity, Charity... 18 ans, déjà jolie... L'agrafeuse, dans sa poche, elle mit. À petits pas, sans se presser, ni discrète, ni affolée, elle quitta le bureau gris, les couloirs gris et les gens gris, puis sorti du bâtiment gris sous le ciel gris. Elle marcha longtemps sur le bord spongieux de la route 52. Elle souriait, Charity... Car plus elle avançait, plus la verdure lui revenait. Il y avait dans l'air ce petit souffle à l'odeur de blé, ce petit quelque chose de pétillant et de sucré... Elle marcha une heure, puis deux, laissant derrière les maisons de la banlieue. Alors qu'elle longeait un petit bois, sur une branche un oiseau se posa. Elle souriait, Charity... Car elle avait comprit : Elle était comme cet oiseau, sans cage, ni barreaux... Et ils pouvait bien courir les gens des services sociaux. Une camionnette s'arrêta, et un jeune homme lui demanda : « Je peux vous déposer ? »
Et pour la rime elle répondit : « Oui… Dans n'importe quel champ de blé.».


C'est de là que nous sommes partis, Jim et moi. Jimmy, c'était le conducteur de la camionnette, et il venait de se faire larguer. Alors quand on a plus vraiment d'attaches, il paraît qu'on aime bien tailler la route. C'est ce que nous avons fait.
Nous avons roulé 200 kilomètres ce jour là, cap sur le Nord. Nous nous sommes arrêtés dans un motel sans âge le long d'une route sans fin et nous avons bu du mauvais whisky en regardant passer les voitures. Le soir on a prit une chambre pas vraiment propre ni vraiment bon marché et on a baisé. Au matin, nous sommes repartis en prenant bien soin d'oublier l'addition, avec quelques dollars de plus en poche que nous avions piqué dans la caisse laissée bien imprudemment sans surveillance.
Oui, c'est bien de là que nous sommes partis Jimmy et moi. Et ça ne faisait que commencer.

Quand vous êtes jeune, vous êtes un peu fous. Vous avez tendance à oublier que le temps passe et que chaque saison vous mord un peu plus les chairs. Vous vous en foutez bien, en vérité... Vous oubliez tout, même le chaos d'une enfance meurtrie et d'une adolescence déracinée. La vie est belle quand on a 20 ans, vous mentiriez si vous le niiez. Vous avez l'éternité devant vous et le vent dans les cheveux.
Mais surtout, vous aimez Jimmy. Pourquoi ? Parce qu'il est comme vous : Il est jeune et beau, comme vous. Il a un petit grain, comme vous... Il aime la vitesse, il aime ce qui brille et il vous promet la vie d'une princesse d'orient. Comme vous, il aime bien mettre dans sa poche ce qui ne lui appartient pas. Alors puisque le monde ne vous appartient pas encore, vous le volez, vous l'arnaquez, vous le violez, le brûlez par tous les bouts, vous le buvez, le fumez, le croquez jusqu'au trognon et le laissez en miettes, épuisé, échevelé par la violence de votre ouragan.

Et ça a duré sept ans. Pendant sept ans ils lui en ont fait voir de toutes les couleurs à leur monde.
Leur monde, c'était la route, le bitume brûlant et cabossé des grandes étendues... Pendant un temps, ils avaient pourtant décidé de se poser dans un coin perdu de l'Arizona. Ils avaient acheté une caravane, un petit bout de terrain, et ils avaient même trouvé un job à peu près honnête. Mais il y a des instincts auxquels on ne peut pas dire non : Charity piquait dans la caisse, Jimmy trafiquait de l'électronique volé... Quand ça a commencé à sentir le roussi et que ça n'avait plus rien à voir avec le soleil, ils sont repartis comme ils étaient venus, ni plus pauvres, ni plus aisés.
C'est à ce moment là qu'ils ont fait une erreur. Ils ont vu trop grand pour leurs petites mains.
Ce sont les lumières qui les ont attiré... Car Vegas brille plus la nuit que mille joyaux.
Vegas ! Ça, ça vous promet une vie à cracher même sur les princesses d'orient ! Ils en avaient des paillettes dans les yeux et les doigts qui crépitaient.
Mais tout ce qui brille n'est pas fait d'or, et les papillons se sont brûlé les ailes.



Chapitre IV
Quatre ans puis un sourire


  • 7 Juillet 2004


    « Accusée Charity Miller, levez-vous. Après délibération du jury vous êtes reconnue coupable de vol, usurpation d'identité, recel et trafic d'objets volés dans les cinq états du Nebraska, du Colorado, de l'Utah, de l'Arizona et du Nevada. Conformément aux lois en vigueur vous êtes condamnée à huit ans d'emprisonnement dont quatre avec sursis que vous purgerez à la prison pour femmes de Carson-City, puis devrez vous acquitter d'une année de travaux d'intérêt général en remboursement de votre dette.
    Accusé Jim Raine, levez-vous... »



  • 21 Juillet 2008


    « Mademoiselle Miller, suite à votre entretient du 15 Juillet dernier avec le jury de psychologues et aux vues de votre comportement exemplaire pendant vos quatre années de prison ferme, je suis heureuse de vous annoncer que vous serez remise en liberté dès la fin du mois en cours, une fois prises les dispositions administratives. Comme vous le savez, il vous reste à vous acquitter d'un an de travaux d'intérêt généraux pour pouvoir définitivement tourner la page. Comme je suis en charge du remplissage de votre dossier, je vous annonce que vous serez affectée dans une association d'aide aux personnes défavorisées de la région de Reno. Si je puis me permettre, vous devriez considérer cette année comme une chance de réinsertion qui vous est offerte... Vous pouvez d'ors et déjà commencer à faire vos bagages, et vos adieux à l'établissement. »



Chapitre V
La nostalgie d'un champ de blé


Au commencement, je me souviens de la lumière. Lorsque j'ai franchi à l'envers la porte de la prison, elle était là, partout, m'enveloppant de sa chaleur et de son infinie compassion. Je lui ai souri, comme je souris toujours, remerciant de sa grâce cette ange gardien aux ailes irisées.

Puis on m'a emmenée à Reno. Je ne crois pas me souvenir en détail de ce que j'y ai vécu... Il y a parfois du flou dans ma mémoire, mais reste en moi l'essentiel. Il se résume en quelques mots, quelques mots qui ne devraient pas exister, quelques mots qui devraient être interdits tant ils font mal à qui les connait vraiment : Misère, détresse, solitude, faim... Pauvres gens. Je n'avais pas le choix, mais je n'allais pas travailler à contre cœur. Parce que voyez-vous, c'était justement mon cœur qui travaillait. Un cœur qui ne bat pour rien, pourquoi bat-il encore ? Par quelle justice imbécile ? Quelle erreur ? Je crois que l'on devrait toujours se demander pourquoi notre cœur bat, pourquoi nous sommes en vie, ici et maintenant. L'air que je respire, la flamme dans mon œil, ce qui me veille la nuit... Par quelle magie ? Un chat me l'a dit un jour, mais je ne m'en souviens plus. Les chats sont les animaux les plus libres du monde, il faut toujours les croire.

Puis il y a eu le tremblement de terre. Tous les journaux en ont parlé. J'avais presque terminé mon année de bon et loyaux services quand tous les travailleurs de l'association furent réquisitionnés pour partir distribuer des produits de première nécessité aux sinistrés de Velvet Valley. Je laissais donc à Reno une vie bancale, sans réel lien ni réelle amitié. Je n'avais pas revu Jimmy, je pense qu'il n'est toujours pas sorti de prison.
Je suis partie pour Velvet sans sentiments, et j'y ai rencontré l'Amour. Le vrai Amour voyez-vous, peut se cacher même sous les gravas d'une ville dévastée. Il peut prendre bien des formes, s'enticher de toutes les aspirations, et ce qui est futile se pare alors d'une gravité solennelle. Le vrai Amour a un nom : Il s'appelle Vincent Valmont.

J'ai rencontré Vincent Valmont l'un des tout derniers jours de mes services à l'état. Il venait à peine d'être extirpé des débris de l'Ironeye Club, Moïse sauvé des eaux, et il avait déjà des allures d'ange.
Vincent Valmont a été choisit. Lui parle de Dieu, moi je crois par la magie.
Vincent Valmont parle, je l'écoute.
Vincent Valmont a une belle voix, grave et rassurante, et il réussit à nommer avec lenteur et patience les mystères que les poètes se contentent d'effleurer de leurs mots... Il y a beaucoup du chat en lui.

Alors, quand on me rendit finalement ma liberté, je l'ai suivit, lui, l'Amour infini. Depuis je ne jure que par lui. Sans doute ignore-t-il combien je suis à lui, mais je m'en moque. C'est mon cœur qui travaille... Et mes mains bien sûr. J'aide notre beau navire, le Dark White, du mieux que je le peux, car il n'y a qu'une seule chose que je sache faire. Voler le monde, l'arnaquer, le violer, le boire et le fumer, le brûler par tous les bouts, le croquer jusqu'au trognon et le laisser en miettes, épuisé, échevelé par la violence de mon ouragan d'Amour. Mais aujourd'hui, ce n'est plus seulement pour moi.


La nuit, je rêve encore parfois d'un champ de blé, immense, si grand, si vaste que je sais que la terre est ronde.




~ YOU ~


Nom/Surnom : ♪♪♪
Age : Adéquate
Avatar : Angelina Jolie
Comment avez-vous connu Velvet Valley : Un heureux hasard
Commentaires, suggestions :Mes excuses à l'Oeil pour la description physique... Elle n'est jamais mon fort.
Les codes ont-ils été envoyés : Oui, m'sieur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Oeil de Fer
Admin
avatar

Messages : 388
Date d'inscription : 29/11/2009

MessageSujet: Re: Charity Crazy Miller   Mer 3 Fév - 22:45

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://velvetvalley.forumactif.com
L'Oeil de Fer
Admin
avatar

Messages : 388
Date d'inscription : 29/11/2009

MessageSujet: Re: Charity Crazy Miller   Mer 3 Fév - 22:51

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://velvetvalley.forumactif.com
Vincent Valmont

avatar

Messages : 863
Date d'inscription : 30/11/2009
Age : 34

Feuille de personnage
Âge du personnage : 28 ans
Profession: Guide Spirituel
Ouvert au RP: Seulement pour les Dark White

MessageSujet: Re: Charity Crazy Miller   Mer 3 Fév - 22:56

Au contraire, la description est magnifique !

Quel bonheur de voir ce personnage prendre si belle vie. Bienvenue à bord, Sweet Charity, au plaisir d'un rencontre prochaine...

_________________

Que seul l'amour règne...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Charity Crazy Miller   Mer 3 Fév - 22:58

Sacrée perso... Superbe fiche que j'ai dévoré!
Bienvenue Charity!
Revenir en haut Aller en bas
Zara Crimson

avatar

Messages : 1546
Date d'inscription : 30/11/2009
Age : 33

Feuille de personnage
Âge du personnage : 26 ans
Profession: Adjointe du maire
Ouvert au RP: plus pour le moment

MessageSujet: Re: Charity Crazy Miller   Jeu 4 Fév - 1:52

une lecture des plus agréables ! Je vais prendre plaisir à suivre les pérégrinations ce cette demoiselle !

Bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://worldofpive.e-monsite.com
Charity Miller

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 03/02/2010
Age : 31

Feuille de personnage
Âge du personnage : 31 ans
Profession: Caverne d'Ali Baba
Ouvert au RP: Non

MessageSujet: Re: Charity Crazy Miller   Dim 7 Fév - 4:06

Mille mercis pour ces charmants bienvenus...
Monsieur Valmont, le plaisir n'attend que d'être partagé, il me semble que c'est là l'un de vos enseignements premiers Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Charity Crazy Miller   Mar 9 Fév - 0:14

welcome !
bon jeu
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Charity Crazy Miller   

Revenir en haut Aller en bas
 
Charity Crazy Miller
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 1- Marissa Miller VS Maryse Ouellet
» 05. Petit échauffement | Edena P. Miller
» First Night : " A Crazy Man in Délirium" [pv Ed Free & Hélène Metz]
» Crazy Minds
» la Crazy Time recrute!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Velvet Valley :: Point de Départ :: Présentations :: Présentations Validées-
Sauter vers: